-
Accueil > Les dossiers > Découverte des nouveaux talents > Zone Franche dénonce les conséquences culturelles de la politique de (...)
Zone Franche dénonce les conséquences culturelles de la politique de délivrance des visas

Zone Franche dénonce les conséquences culturelles de la politique de délivrance des visas

publié le jeudi 29 juillet 2010

La circulation des artistes est toujours mise à mal par les procédures de demandes de visas Schengen qui ressemblent de plus en plus à un parcours du combattant.

Le Réseau Zone Franche et le Comité Visas Artistes proteste contre une politique des visas qui frappe aussi les nouveaux talents venus de pays tiers.

La CNRA et la FRANC-LR sont membres-partenaires du Réseau Zone Franche.


Un récent rapport de la Cimade « Visa refusé », fait la lumière sur les pratiques des consulats français en matière de délivrances de visas suite à une étude dans six pays (Ukraine, Turquie, Maroc, Algérie, Sénégal & Mali).

Ce rapport ne concerne pas les artistes en particulier, mais dresse un constat accablant des pratiques : procédure onéreuse, opaque et humiliante, refus non motivés, demandeurs non remboursés en cas de refus de visa (les 10% de demandeurs recalés en 2008 auraient représenté une manne de 13 millions d’euros, selon une estimation de la Cimade). Et le régime est le même pour tous : professionnels, touristes, artistes, etc. La psychose du migrant illégal plane plus que jamais…

Face aux problèmes de délivrance de visas d’artistes, les consulats avancent l’argument que les demandeurs déposent leurs dossiers à la dernière minute. Mais ils ne peuvent pas faire autrement !

N’oublions pas qu’il y a une longue procédure en amont qui oblige les structures françaises qui engagent des artistes étrangers à déposer une demande d’autorisation provisoire de travail (APT) aux directions départementales du travail, entre un et trois mois avant la date du concert.

Et, comble de l’absurde, ces dernières avouent étudier les dossiers par ordre d’urgence (pour les départs les plus proches). Les professionnels qui sont « à l’heure » ou même en avance sont donc voués, eux aussi, à déposer leur demande de visa peu de temps avant le départ, et à devoir attendre la dernière minute pour savoir si, oui ou non, leurs artistes obtiendront le fameux laisser-passer. Parfois jusqu’au jour du départ, comme en témoigne Corinne Serres, de Mad Minute Music, dans un article de Thomas Blondeau des Inrockuptibles.

Le 9 juillet dernier, suite à la publication du rapport de la Cimade, le Ministère de l’Immigration a annoncé qu’à compter du 5 mars 2011, tous les refus de visas de court séjour seront motivés, à l’aide d’un formulaire type. Rien de révolutionnaire puisque cela répond à une obligation introduite par le Code Communautaire des Visas, connue depuis déjà un an, mais c’est tout de même une avancée.

Il est donc plus que jamais nécessaire de se faire entendre, pour que l’on sorte petit à petit de cette gestion inflexible des flux migratoires.

Zone Franche rappelle que le Comité Visas Artistes dont elle est le pilote est là pour vous aider et faire remonter des informations aux pouvoirs publics.

Voir en ligne : le réseau ZONE FRANCHE

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.