-
Accueil > Actu Régionale > Défense du FSER > MENACE SUR LE FSER
MENACE SUR LE FSER

La CNRA alerte :

MENACE SUR LE FSER

Le Ministère veut anticiper sa baisse dès 2013

publié le lundi 20 mai 2013

Lors d’une rencontre avec la DGMIC, représentée par Roland Husson, Antoine Ganne, et Laura Debezy, les représentants de la CNRA (Hervé Dujardin, Stéphane Vincent, Véronique Boulieu, Eliane Blin et Sabrina Rondeau) ont appris que le Ministère de la Culture et de la Communication envisage une réduction des subventions d’exploitation de 5 % pour l’ensemble des radios.


Selon la DGMIC cette baisse des subventions est nécessaire pour anticiper le risque de gel budgétaire que pourrait connaître le FSER en fin d’exercice 2013.

Dans la conjoncture actuelle, la CNRA s’interroge sur la pertinence de cette volonté gouvernementale de restriction de crédits.

En effet une telle mesure menacerait de nombreux emplois dans les radios.

L’année dernière, les radios ont constaté, non seulement une baisse importante de leur subvention sélective, mais aussi une diminution des subventions locales, la perte des revenus de l’EPRA, et la restriction des aides à l’emploi.

Pour atteindre un point d’équilibre financier et maintenir l’emploi tout en faisant face à des charges croissantes (énergie, charge patronales...), de nombreuse radios ont dû renoncer à leur projets d’investissement et parfois redimensionner ou abandonner certains de leurs projets.
Cette gestion de l’austérité, a fait de nos structures des experts du « faire sans ».

Les radios devront-elles demain apprendre à « faire sans leurs salariés » ?

Le gouvernement, dont l’objectif prioritaire est l’emploi, est- il lui prêt à « faire avec » à ces futurs demandeurs d’emploi ?
La lutte contre le chômage c’est maintenir les emplois existants et en créer de nouveaux.
Face à ces objectifs, la baisse du FSER serait contreproductive, supprimant toute possibilité d’embauche, en contrat d’avenir ou autrement, et entraînant à court terme des licenciements économiques dans nos radios.

Nos structures, sont de plus en plus sollicitées par les acteurs du champs de la cohésion sociale, et de l’animation socio-éducative. La réforme des rythmes scolaires va amplifier ces demandes : nous ne pourrons pas y répondre.

En 2014 le débat démocratique local nécessitera la mise en œuvre de moyens dignes d’une république libre, la réduction de la subvention d’exploitation de nos radios serait une atteinte grave à la communication sociale de proximité et à la liberté d’expression des citoyens.

Pour toutes ces raisons, la CNRA demande aux représentants des radios à la commission au fonds de soutien de voter contre cette proposition qui leur sera présentée au cours de la réunion du mardi 21 mai.

L’avis de la commission n’étant que consultatif, cette opposition de nos représentants ne sera certainement pas suffisante.

La CNRA appelle dès à présent l’ensemble des radios à se mobiliser pour obtenir l’assurance que les 29 millions d’euros prévus par la loi de finance 2013 soient dans leur totalité affectés aux subventions de nos radios.

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.