-
Accueil > Les dossiers > Action internationale > Les radios associatives européennes demandent le respect des normes (...)
Les radios associatives européennes demandent le respect des normes internationales sur la liberté d'expression et le pluralisme

3° Conférence de l’AMARC Europe

Les radios associatives européennes demandent le respect des normes internationales sur la liberté d’expression et le pluralisme

La résolution finale

publié le jeudi 23 mai 2013

Près de 100 représentants des médias associatifs de plus de 25 pays européens, se sont réunis à Montpellier, en France, dans le cadre de la troisième Conférence paneuropéenne de l’AMARC Europe pour célébrer l’approche transversale et globale des radios associatives.


Cinq ans après la Résolution du Parlement européen du 25 Septembre 2008 qui a appelé les Etats membres à soutenir plus activement les médias associatifs afin d’assurer le pluralisme des médias, et la dernière déclaration de l’OSCE sur Cadre juridique de la liberté des médias du 14 mai 2013, qui souligne la nécessité d’une reconnaissance de les trois secteurs de la communication, la situation sur le terrain s’est aggravée.

La négligence et / ou les intérêts partisans des gouvernements ont permis l’appropriation des nouvelles technologies par des intérêts commerciaux, en augmentant la concentration des médias et limitant la présence des médias à but non lucratif.

D’autre part, la sur-réglementation provoque la fermeture de nombreuses radios communautaires et associatives en Europe.

Les participants de la Conférence ont exprimé la crainte que les gouvernements européens, dans leurs actions, ne respectent pas les normes et internationales sur la liberté d’expression et le pluralisme et ils demandent le respect des recommandations et résolutions des institutions européennes et internationales sur la radiodiffusion associative et communautaire.

Le mouvement des radios libres est également conscient de l’importance de l’existence d’autorités de régulation indépendantes, en particulier afin de garantir que le passage des techniques de diffusion analogiques au numérique soit une opportunité pour davantage pluralisme plutôt que plus concentration des médias.

La diversité culturelle et linguistique, ainsi que l’innovation technologique, sont des biens publics qui doivent être soutenus : leur distribution ne devrait pas être limitée par de simples intérêts commerciaux.

P.-S.

Photos Stefan Tenner

Sources iconographiques

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.