-
Accueil > Les dossiers > Action internationale > La FRANC-LR présente son action à l’International
La FRANC-LR présente son action à l'International

La FRANC-LR présente son action à l’International

Extrait de la Lettre de la Coopération Décentralisée - CUF - Eté 2008

publié le mardi 15 juillet 2008


CUF : Comment travaillez vous avec les collectivités de la région Languedoc-Roussillon sur le thème de la coopération et de la solidarité internationale ?

Les partenariats conclus avec les Départements et la Région Languedoc-Roussillon portent pour l’essentiel sur des soutiens à la programmation locale ou l’aide à la modernisation des équipements. C’est avec le Conseil Général de l’Hérault que les actions de coopération et de solidarité internationale se sont développées. D’abord dans le cadre historique des relations entre rive Nord et Sud de la Méditerranée (ex. colloque - été 1991 - à Constantine sur l’ouverture des ondes en Algérie), puis en accompagnement de jumelages entre radios associatives héraultaises et communautaires de l’Afrique de l’Ouest pour lesquels la FRANC-LR a été l’opérateur de la CNRA et du MAE. C’est ainsi que des radios de Montpellier (Radio Clapas, Divergence FM et RCF Maguelone) ou des hauts cantons héraultais (Radio Pays d’Hérault) se sont retrouvées impliqués dans des actions en RDC, au Burkina Faso, Mali ou Cameroun. Basés sur de réels échanges de savoir-faire réciproques, elles se sont doublées de formations et de soutiens à l’équipement des radios du Sud. Alors que dans d’autres départements ou régions, ces jumelages n’ont pas survécu à l’arrêt (pourtant prévu) des financements nationaux, l’aide précieuse du CG34 contribue au maintien exemplaire du jumelage entre Divergence FM et Radio Tabale (Bamako - Mali) et à la relance de celui entre Radio Clapas et Radio Palabre (Koudougou – Burkina Faso).

CUF : A quels parallèles et perspectives de coopération peut-on penser entre la Fédération des Radios Associatives et les collectivités de Cités Unies France ? Comment la Fédération des Radios Associatives peut-elle accompagner les collectivités territoriales à intégrer une dimension « radio » à leur coopération décentralisée ?

L’expérience de terrain en Afrique de l’Ouest a amené la CNRA à y rencontrer les acteurs français de la coopération décentralisée et nos amis de l’Alliance des Radios Communautaires – ARC du Canada, avec lesquels a été conclu un accord de coopération internationale. Aujourd’hui nous recherchons ensemble comment initier et développer des échanges entre radios associatives françaises et radios communautaires francophones du Canada, basées dans les provinces anglophones (Nouvelle Ecosse, Nouveau Brunswick, Ontario, Manitoba et Colombie Britannique). Si nous souhaitons convaincre ensemble nos partenaires de l’Organisation Internationale de la Francophonie de nous soutenir dans nos actions communes en Afrique, nous avons acquis d’expérience la certitude qu’aucune action de solidarité Nord/Sud ne pourra être pérenne sans s’inscrire dans le cadre ou en relation avec la coopération décentralisée. La coopération décentralisée constitue désormais pour nous un pré-requis dans le montage de ces partenariats. Nous avons constaté la cohérence et l’efficacité des méthodes de l’US-AID en Afrique, pour qui aucune action n’est engagée sur le terrain sans qu’elle ne soit accompagnée d’une campagne d’information et de médiation en partenariat avec une radio locale existante ou de la création ex-nihilo d’une radio sur site, si elle n’existe pas. Lorsqu’une collectivité française s’implique en Afrique francophone, sachant qu’elle intervient sur un continent où le média de référence est la radio, elle aurait grand intérêt à y impliquer les radios associatives qui sont déjà ses partenaires en France. De telles pratiques contribuent à une meilleure insertion et à la valorisation des actions qu’elles mènent.Les bénévoles et salariés de nombre de radios associatives sont ouverts à ces solidarités, s’il n’y sont pas déjà impliqués. Par des échanges avec leurs confrères africains ils ont à y découvrir l’humilité professionnelle qui s’impose face à la responsabilité éditoriale des femmes et hommes de radio sur le continent africain. S’agissant de véritables échanges entre passionnés de radio locale, ils sont aussi l’occasion de faire entendre chez nous les « voix du Sud », et tout particulièrement celles populations concernées. A l’instar de la FRANC-Languedoc Roussillon, les Fédérations régionales de radios associatives et la CNRA constituent un niveau d’expertise incontournable pour contribuer à la bonne fin de ces actions.

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.