-
Accueil > Actu Régionale > Vie associative & ESS > La Cofac s’alarme face à la baisse des financements de la vie culturelle (...)
La Cofac s'alarme face à la baisse des financements de la vie culturelle associative

La Cofac s’alarme face à la baisse des financements de la vie culturelle associative

Publié le mardi 24 août 2010 sur le site IRMA

publié le lundi 30 août 2010

La COFAC est constituée de 21 fédérations nationales représentant 28 200 associations sur l’ensemble du territoire français. Face aux coupes budgétaires annoncées par le ministère de la Jeunesse et des Solidarités Actives, en charge de la vie associative, la COFAC s’inquiète de l’avenir des associations du secteur culturel.


De nombreuses fédérations de la COFAC possèdent un agrément Jeunesse et éducation populaire qui témoigne d’une reconnaissance de leurs actions de la part du Ministère en charge de la Vie Associative, l’actuel Ministère de la Jeunesse et des solidarités actives. Onze fédérations déjà - à savoir la

Communiqué de la COFAC

CMF (Confédération Musicale de France), Enfance et Musique, la FAMDT (Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles), la FNCTA (Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre amateur et d’Animation), la FFCV (Fédération Française de Cinéma et Vidéo), la FFSAM (Fédération Française des Sociétés d’Amis des Musées), la FSCF (Fédération Sportive et Culturelle de France), la Ligue de l’Enseignement, Peuple et Culture, C.I.N.E.M.A (Territoires et Cinéma), l’UFF (Union des Fanfares de France) – viennent d’apprendre qu’elles n’auront pas de subventions pour l’année 2010, ou que celles-ci sont inférieures aux années précédentes ou à leur requête.
Quelques dernières fédérations sont toujours dans l’attente de la notification sanctionnant le résultat de leur demande de subvention. Les coupes budgétaires variant de 45 000 euros à 2 000 euros en fonction des fédérations, sont susceptibles de mettre en danger les têtes de réseau, dont les actions, fin juillet 2010, sont déjà bien engagées. Ces coupes budgétaires correspondent soit à un non-renouvellement de Convention Pluriannuelle d’Objectifs, soit à un refus de subvention annuelle accordée habituellement ou à une baisse plus ou moins importante de celle-ci, soit, enfin, à un refus d’une nouvelle demande. La perte cumulée, jusqu’à présent, pour ces onze fédérations du réseau est estimée à 126 000 euros, soit autant d’argent perdu pour le développement de la vie culturelle associative. Seules deux fédérations, pour l’instant, ont reçu la totalité du montant de la subvention demandée.

Devant ces chiffres, la COFAC s’alarme des restrictions financières radicales du Ministère de la Jeunesse et des Solidarités Actives et affirme son inquiétude quant à l’avenir des associations de culture et de communication. En effet, la Conférence de la Vie Associative, tenue en décembre 2009, sous l’égide de Martin Hirsch, ne semble apporter ni le soutien financier escompté aux associations, ni de progrès en terme de co-construction des politiques publiques avec les associations, en témoignent les arbitrages du cabinet, réalisés sans transparence.

De même, la circulaire du 18 janvier, relative aux relations contractuelles entre pouvoirs publics et associations, devait fixer un cadre sécurisant pour les associations, notamment par la mise en place de conventions (pluri)annuelles d’objectifs. Or la réalité est bien différente. Dans le réseau COFAC, la CPO devient l’exception plutôt que la règle. C’est une grosse partie du soutien à la vie culturelle associative par le Ministère de la Jeunesse et des Solidarités Actives qui s’effondre, portant atteinte aux actions citoyennes, vecteurs de lien social, de solidarité, d’épanouissement personnel et de vivre ensemble. Ces coupes budgétaires sont d’autant plus inquiétantes qu’elles laissent présager d’une baisse généralisée des subventions ministérielles à partir de 2011. Les associations de Culture et de Communication ne sont pas les seules touchées.

La COFAC invite donc à une prise de position solidaire de l’ensemble du secteur associatif concerné à plus ou moins long terme par les restrictions budgétaires qui s’annoncent et qui pourraient bien, en l’absence de réaction, porter un coup fatal à l’initiative associative.

En savoir plus

Voir en ligne : COFAC

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.