-
Accueil > Actu Régionale > Vie associative & ESS > L’Économie Sociale et Solidaire
L'Économie Sociale et Solidaire

L’Économie Sociale et Solidaire

publié le mercredi 14 janvier 2009


L’Économie Sociale et Solidaire

Pour définir ce qu’est l’économie sociale et ce qu’elle n’est pas, il y a plusieurs manières : soit on parle de statuts, soit on parle de valeurs. Le plus simple est de dire que les associations à activité économique, les mutuelles et les coopératives, fondent l’économie sociale car elles sont des sociétés de personnes et non de capitaux, jouant un rôle économique, qu’elles pratiquent un fonctionnement démocratique et centrent leur projet sur la personne humaine et l’utilité sociale.

L’économie sociale n’est pas une réalité récente, elle est née et a pris son essor à partir du XVIIIème siècle pour répondre aux besoins et aspirations de groupes sociaux, qui ne pouvaient généralement pas rassembler de capitaux importants.
Par exemple, la création de coopératives laitières dans le Haut Jura en 1890, a permis aux fruitières d’exister. La première coopérative de crédit est créée en Allemagne en 1864 pour libérer les paysans de l’usure. La mutualité contemporaine est l’héritière des caisses de secours mutuel, qui se développent à partir de 1790. Le mouvement associationniste trouve son apogée avec la loi de 1901.
L’économie sociale n’est pas une réalité géographiquement limitée : coopératives, associations et mutuelles existent d’ailleurs dans tous les pays, et notamment dans les autres pays développés où elles tiennent souvent une place aussi importante, et parfois plus importante qu’en France, à côté des acteurs capitalistes et publics.
L’économie sociale est l’alliance, formalisée au travers d’une charte signée en 1995, de ces trois familles : mutuelles, coopératives, associations gestionnaires, qui vit sous le concept « économie sociale », reconnue officiellement par décret en 1981.
Ces organisations développent des formes d’entreprises originales par leurs pratiques économiques fondées sur des valeurs de solidarité. Leur double dimension en fait aussi bien des acteurs de la cohésion sociale que des acteurs économiques.
Les principes de l’économie sociale…
Parce qu’elles concilient objectifs sociaux et activités économiques, associations, mutuelles et coopératives, relèvent du vaste champ de l’économie sociale. L’ensemble des principes qu’elles mettent en œuvre, les caractérise, les distingue et les unit, au-delà de la diversité de leurs statuts. On dit que ce sont des entreprises de personnes, et non de capitaux, parce qu’elles :

- défendent la primauté de leur objet social sur le capital,
- privilégient le service rendu à la personne ou à la collectivité,
- réinvestissent l’essentiel de leurs excédents financiers dans leur projet, puisqu’elles sont sans capitaux à rémunérer,
- pratiquent un partage équitable du pouvoir à travers l’élection de leurs dirigeants, selon le principe " une personne, une voix ", pour mener à bien ce projet.

Si elles refusent d’être jugées sur leurs seuls résultats économiques, les associations, les coopératives et les mutuelles revendiquent cependant un statut d’acteur économique et social à part entière. Rappelons qu’à ce titre elles vivent dans l’économie de marché et ne sont pas exemptées de préoccupations financières.
Enfin, même financée en partie par l’État, la structure reste indépendante des pouvoirs publics.

...Et solidaire ?
L’économie solidaire est une forme émergente de l’économie sociale, surtout axée vers les initiatives de développement local, de réinsertion et de lutte contre l’exclusion. Elle est mieux connue du grand public en raison de la création d’un Secrétariat d’État à l’économie solidaire en mars 2000, sous le gouvernement de Lionel Jospin.
L’Économie Sociale se distingue par une présence forte dans de nombreux secteurs d’activité, intégrés dans le marché concurrentiel :
Assurances, Banque, Bâtiment, Habitat, Agriculture, Insertion professionnelle, Imprimerie, Formation, Éducation populaire, Nouvelles technologies, Social , Services à la personne, Santé, Handicap, Culture, Loisir, Tourisme, …

Elle est innovante pour la société :
Sait-on que de grandes innovations qui font aujourd’hui partie de la vie quotidienne sont issues de l’économie sociale ? Quelques exemples à l’initiative :
- des mutuelles santé-prévoyance et assurances : le tiers payant, le constat amiable, les garages agréés, le recours précoce à l’informatisation des relations assureurs-experts-réparateurs en automobile, ...
- des associations : l’aide à domicile, l’alternative à l’hospitalisation, la prise en charge des handicapés, le titre emploi service, les villages de vacances ...
- des coopératives : le contrôle qualité des produits, l’animation sociale en milieu rural, le prix du livre, les prêts bancaires.

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.