-
Accueil > Les dossiers > Radio Numérique Terrestre > [INTERVIEW] Le CSA défend la radio numérique terrestre
[INTERVIEW] Le CSA défend la radio numérique terrestre

[INTERVIEW] Le CSA défend la radio numérique terrestre

Article du Nouvel Observateur du 10/11/2011

publié le lundi 28 novembre 2011

Patrice Gélinet, sage au CSA, estime que la radio numérique terrestre représente la seule solution face à la saturation de la bande FM.


Patrice Gélinet, ancien directeur de France Culture, siège au CSA depuis janvier 2011 © SipaQuelle est la situation de la bande FM actuellement ?

- Les 30 ans de la fin du monopole de l’État dans la radiodiffusion correspondent à la fin du plan “FM +”, qui consistait à élargir le nombre de fréquences de manière à optimiser la bande FM. Ce plan vient de se terminer.

A partir de maintenant, il n’y a pratiquement plus de fréquences disponibles. C’est fini, en dehors des fréquences restituées par des opérateurs qui ne souhaitent plus continuer ou des fréquences supprimées, ce qui est rarissime. La bande FM est saturée et on risque de se retrouver dans un paysage radiophonique figé.

Comment remédier à ce problème ?

- La radio numérique terrestre (RNT) élargirait l’offre. Elle permettrait aux grandes et petites radios de pouvoir être diffusées dans la France entière. Cela permettrait aussi un confort d’écoute considérable. Le son est infiniment meilleur. La RNT permet aussi des données associées aux programmes. Par exemple, sur l’écran des radios vous pourrez voir le titre de la chanson qui est en train de passer, la couverture de l’album, etc.

En outre, actuellement quand vous vous déplacez en France, vous êtes obligés de changer de fréquences. Avec la RNT, vous aurez la même identification pour n’importe quelle radio. Nous sommes à la traîne par rapport à de nombreux pays étrangers, qui se sont mis à la RNT, aussi proches que l’Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni ou plus lointains que l’Australie et la Corée du Sud.


Les grandes radios privées et le rapport de Marc Tessier évoquent le coût élevé de la RNT, tant pour les auditeurs que pour les radios. Que leur répondez-vous ?

- A couverture égale, le coût de diffusion de la RNT est inférieur. La RNT est diffusée à partir de multiplex. Aujourd’hui, nous avons une fréquence par programme. Avec la RNT, nous aurons quinze programmes par multiplex. Les appareils numériques en vente ne sont pas chers et prévoient la double diffusion en RNT et FM. Les gros opérateurs opposés à la RNT pourront être entendus là où ils ne le sont pas actuellement. Il y a énormément de Français qui n’ont accès qu’à une dizaine de radios. Combien de fois le CSA a été obligé de recaler des candidats, parce qu’il y avait qu’une seule fréquence de FM pour 40 candidats ? Il n’y aurait pas 39 candidats déçus avec la RNT.

P.-S.

Propos recueillis par Bertille Ossey-Woisard (AFP)

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.