-
Accueil > Actu Départementale > Hérault > Hommage à Léopold Bellas
Hommage à Léopold Bellas

Hommage à Léopold Bellas

publié le mardi 1er octobre 2013

Dans le cadre des témoignages sur les sports traditionnels, la fédération des radios à consacré 2 épisodes sur le tambourin : son histoire et sa philosophie. Lors du collectage des témoignages il y a deux ans, Mélanie Charpentier a rencontré une légende de ce sport qui vient de disparaître. Radio Clapas voulait avec la fédération lui rendre un dernier hommage !


Léopold Bellas dit Paulou s’est éteint le 9 septembre à l’âge de 90 ans. Il était né le 23 mai 1923 à Saint-Georges . C’était une légende du jeu de balle au tambourin et un grand serviteur de ce sport jusqu’à ses derniers jours. C’est d’abord une carrière de joueur longue de 50 ans débutée en 1939 aux Arceaux par une finale juniors perdue face à Pignan et achevée à 67 ans avec 6 titres de champion de France et 2 coupes de France avec son équipe de Saint-Georges. Mais son plus beau souvenir, en tant que capitaine et batteur de l’équipe de France, restera le match épique, pourtant perdu, contre squadra azzura des Marra et Rossi le 14 août 1955 aux arceaux devant 4000 spectateurs enthousiastes. Après sa longue carrière de joueur, Paulou s’est consacré jusqu’au bout à l’éducation des joueurs et à la gestion du club. Depuis 17 ans, le jour de l’Ascension , la grande famille du tambourin lui rendait hommage à travers le Trophée Léopold Bellas.

Le nouveau terrain de tambourin a été baptisé le 10 novembre 2012 à son nom par la municipalité en présence de Jean-Pierrre Moure et de la grande famille du tambourin. En outre, Paulou a été distingué de la médaille de la Jeunesse et des Sports et du diplôme du fair-play.


Photo : Antonio Blasco

Paulou a été également passionné par son métier de forgeron maréchal ferrant exercé à partir d e1936 d’abord avec son père Marcel. Sa forge est restée depuis en l’état, « on ne détruit pas ce que l’on a aimé » disait-il.. Chaque année, et ce fut encore le cas cette année, il rallumait sa forge à l’occasion de la journée à l’ancienne.

Attaché viscéralement à son village, il en fut conseiller municipal et adjoint.

Ses obsèques se sont déroulées le 11 septembre dans une église trop petite pour accueillir tous ses amis. Elles ont été célébrée de manière émouvante en partie en occitan par le père Rouquette. A la sortie du cercueil, les tambourinaïres ont salué Paulou aux sons du tambourin.

Bruce Torrente

Sources iconographiques

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.