-
Accueil > Actu Régionale > 2014 s’annonce dure, 2015 pire encore...
2014 s'annonce dure, 2015 pire encore...

2014 s’annonce dure, 2015 pire encore...

publié le lundi 24 février 2014

Comme chaque année à la même époque, la FRANC-LR réunit ses membres pour faire un point sur les perspectives et ajuster leurs argumentaires pour améliorer leurs scores lors des "figures imposées" que constitue le montage du dossier annuel du FSER.

La convivialité de l’accueil à Aigues-Mortes par Delta FM n’a pas su masquer les inquiétudes des radios, au moment ou les plus anciennes d’entre se voient contraintes de revoir leur organisation et de réduire leurs charges, sous peine de disparaitre.


Même si le Ministère de la Culture et de la Communication n’a pas encore mis en ligne le dossier du Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER), 29 des 31 radios membres de la FRANC-LR se sont retrouvées dans le Gard pour échanger sur les nouveautés qu’il contiendra et qui seront à intégrer dans leurs demandes.

Gestion prospective

Avant de passer aux questions techniques et financières, les radios ont reçu communication des premiers résultats de l’enquête menée par leur Fédération avec le soutien méthodologique et les conseils de la Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire (CRESS-LR) en matière de Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences (GPEC).

M. Cherpe, notre animateur, et Mme MT Izarn nous ont livré ces éléments qui ont ouvert un vrai débat avec les radios présentes. Derrière les éléments quantitatifs qui ont été restitués, se profilent les enjeux qualitatifs et la valorisation des missions que nous remplissons au service de nos territoires respectifs.

Reste, vaste tâche, à analyser ces résultats et bâtir le plan d’action régional capable de maintenir l’emploi et développer les compétences de nos équipes salariées et bénévoles.

C’est donc tout naturellement que les radios participantes ont enchainé et élargi leurs travaux sur les questions de prospective.
Même si la Fédération reste un pôle de stabilité dans un éco-système en crise, ce n’est qu’en réactualisant les raisons de notre engagement citoyen au service de nos bassins de vie que nous pourrons nous adapter aux enjeux de ces territoires.

Les moyens développés (financements, outils) ne peuvent suffire et la finalité de nos missions doivent être réaffirmées et partagées pour être en mesure de relever les défis.
C’est vrai au niveau des radios, sans attendre qu’elles soient en crise, qu’au niveau de leurs organisations, régionales ou nationales.

Il a été convenu que les deux axes seront donc explorés d’ici notre Assemblée Générale de juin prochain.

Un nouveau décret pour le FSER

La DGMIC qui gère les FSER au sein du Ministère de la Culture a engagé la révision du document règlementaire qui en fixe les modalités de mise en œuvre.
Il s’agit en particulier de combler certaines failles qui ont constitué une aubaine pour des opérateurs peu scrupuleux. Le "service radiophonique" va être mieux défini et la dualité programme FM et programme sur le web clarifiée.

Les modalités de mise en œuvre d’un éventuel contrôle de l’usage des aides, sur pièce et sur place, sont contestées par les radios, dès lors qu’il ne serait pas effectué par le CSA mais par Bercy qui n’est pas leur tutelle.
C’est enfin l’aide "sélective" qui risque de l’être encore plus, ce qui risque de marginaliser des radios qui ne savent pas toujours mettre en valeur leurs actions.

C’est tout l’enjeu de la formation au montage du dossier que Elian Blin, membre de la Commission du FSER, est venue bénévolement dispenser aux participants, avec le soutien logistique de la CNRA.

Élections et réforme territoriale

L’enveloppe du FSER 2014 a été "rabotée" par Bercy et "gelée" par "précaution" budgétaire...
Avec un nombre d’opérateurs en croissance constante et augmentés encore des nouveaux opérateurs associatifs en RNT, la baisse des aides en 2014 est garantie.

L’année sera dure pour tous et surtout pour ceux qui n’auront pas anticipé par une réduction de leurs charges.

Sachant que les effets conjugués des échéances électorales de 2015 et les incertitudes liées à la réforme territoriale ne feront qu’aggraver la situation, l’emploi est de plus en plus exposé au risque de la décroissance.

Voir en ligne : L’article de Midi Libre

Répondre à cet article


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.